top of page
  • Thibaut Wauthion

Une histoire du décloisonnement | du Bauhaus au M.I.T.

Dernière mise à jour : 23 janv. 2023


En résumé : Alors que le Bauhaus, école allemande, ferme ses portes en 1933, nombre de ses instigateurs s’exilent aux États-Unis pour enseigner à Chicago et à Boston notamment où ils favorisent les collaborations interdisciplinaires. Dès les années 60’, d’importantes initiatives émergent dont E.A.T. et ‘Arts at MIT’ qui prônent tous deux ce décloisonnement entre les arts, les sciences et l’ingénierie.

De 1919 aux années 60' : d'une initiative européenne à un ancrage européen

En 1919, le Bauhaus est fondé en Allemagne avec pour principe de décloisonner l’art, l’artisanat et l’industrie, association multidisciplinaire à l’origine du design. Tour à tour situé à Weimar, Dessau et Berlin, cette école a connu une existence relativement brève, entre 1919 et 1933. Sa fermeture par les nazis causa la fuite, notamment aux États-Unis, de ses principaux instigateurs. Ceux-ci continuant à prôner ce type de collaborations transdisciplinaires, leur principe ruissellera dans nombre d’institutions et initiatives américaines, telles que l’E.A.T. (Experiments in Art and Technology) ou encore le M.I.T. L’expérimentation, la prise de risques et la résolution imaginative de problèmes se trouvent au cœur de cette démarche.

En 1937, László Moholy-Nagy, ancien professeur du Bauhaus, fonde le New Bauhaus à Chicago, une école de design qui deviendra l’Institute of Design en 1944 avant d’intégrer l’Illinois Institute of Technology. Au sein de ce même Illinois Tech, Ludwig Mies van der Rohe, directeur du Bauhaus de 1930 à 1933, prend la tête du département d’architecture en 1938. Aujourd’hui le programme de l’Illinois Tech comprend une dizaine de cours sur l’histoire de l’art et de l’architecture.

Peintre, photographe, designer, professeur et théoricien, György Kepes travaille pendant plusieurs années avec László Moholy-Nagy dans le Bauhaus de Dassau puis dans son studio de Londres, avant d’émigrer aux États-Unis et de rejoindre l’Institute of Design à Chicago pour y enseigner. En 1947, il commence à enseigner au M.I.T. et y fonde en 1967 le Center of Advanced Visuel Studies, dans le but d’encourager une collaboration transdisciplinaire entre artistes, ingénieurs et scientifiques (cf. ci-dessous pour plus d’informations sur le M.I.T.).


De 1965 à 1981 : Experiments in Art and Technology - E.A.T.

E.A.T., Experiments in Art and Technology (New York, Tokyo, Los Angeles, Boston, San Francisco, …) est une organisation fondée en 1966 et essentiellement active dans les années 60’, 70’, et 80’. Ses objectifs visent à rapprocher les disciplines artistiques, le monde scientifique et l'industrie autour de projets mobilisant des intervenants de chacun des secteurs d'activités.

La vocation de Experiments in Art and Technology est de servir de courroie de transmission et de catalyseur pour l'inévitable et active coopération entre les milieux de l'industrie, du travail, de la technologie et des arts. E.A.T. a endossé la responsabilité de bâtir une méthode de collaboration efficiente entre les artistes et les ingénieurs, sous les auspices de l'industrie.

Disposant dès 1969 d’un répertoire de 2000 artistes et autant d’ingénieurs, E.A.T. proposait d’associer ces derniers en vue d’une collaboration en tête-à-tête. Cette coopération était basée sur les projets des artistes et leurs besoins techniques. Le but était de proposer des services techniques aux artistes et de les faire travailler dans un environnement industriel sans aucun jugement esthétique sur leur travail. Mettre à disposition l’ingénieur ou le scientifique approprié à chaque artiste représentait une des principales missions de E.A.T. avec plusieurs objectifs. Les artistes et les ingénieurs devenaient conscients de leur rôle critique pouvant mener à des transformations de l'environnement humain et des forces décisives formant notre société. L'ingénieur était conscient que l'intuition de l'artiste pouvait influencer sa voie et donner une dimension humaine à son travail.


De 1967 à aujourd'hui : Arts at MIT

Le M.I.T. (Massachusetts Institute of Technology), qui développe depuis ses origines un programme alliant l’étude et la pratique de l’art aux sciences, souligne que l’association de ces deux disciplines « a conduit à la découverte d'approches conceptuelles et d'équipements permettant d'accélérer le cheminement entre la réflexion et la création, de naviguer parmi les différentes modalités médiatiques et d'intégrer de multiples voix et points de vue »[1].

Les étudiants actuels du MIT ont des aptitudes artistiques et musicales qui, combinées à un penchant technologique - maîtrise la programmation, de la simulation, des médias sociaux et d'un design innovant - sont inestimables pour les inventions révolutionnaires qui vont propulser l'économie créative à l'avenir.

Dès sa création, cette université a voulu enseigner conjointement les arts et les sciences, une pratique nourrissant l’autre. Chaque étudiant dispose ainsi de vastes infrastructures culturelles au sein de l’institut qui met à l’honneur la musique, l’architecture, les arts visuels, les arts de la scène et la littérature. L’institut encourage ses étudiants à ‘consommer’ un ou plusieurs de ces domaines artistiques mais aussi à pratiquer un art.

Les avis divergeaient quant à la question de savoir si le MIT devrait ou non créer une école d'art, mais un consensus s'est dégagé sur le rôle des arts dans la promotion du sensla promotion d'un mode éducatif qui pose des questions plutôt qu’uniquement fournir des réponses, et qui encourage les ingénieurs à prendre en compte l'ensemble de la culture (« total culture »), plutôt que le strict domaine technique.[2]

Le MIT en quelques chiffres et faits

Le site du MIT annonce que 65 % des nouveaux étudiants ont déjà participé à des activités artistiques en école secondaire tandis que près des ¾ de ses étudiants de première année ont été actifs dans les arts pendant la dernière décennie. Des cursus interdisciplinaires existent dans chaque section de l’institut qui prône un véritable engagement envers les arts en tant que mode intégral d’exploration et de découverte.

Thibaut Wauthion


[1] Arts at M.I.T., Office of the Associate Provost in collaboration with the Creative Arts Council of M.I.T., USA, 2011, p. 5. [2] Pour plus d’informations sur l’intégration des arts dans le programme du MIT, cf. : https://arts.mit.edu/

Comentários


bottom of page